accueil

DU 10 AU 12 JUILLLET

 :: PROGRAMMATION ::

 :: CONCERTS ::

Line Up :

- Vendredi

  • 20 h : Frayss Gall (punky varièt)
  • 21h : Bärlin (ghost rock)
  • 22h : Eleanor Shine (electro pop)
  • 23h : 1=0 (rock)
  • 00h : CHATEAU BRUTAL The band (rock’n’roll)
  • 01h : Selecta Papa Pierre (selection alt rap)

- Samedi

  • 19h20 : Bibits Flyers (rock’n’roll psychédélique)
  • 20h : Mambo (math rock)
  • 21h : Haunted days/ Witch’s teat (ambiant/abstract hip hop)
  • 22h : Vadim Vernay (abstract hip hop)
  • 23h : Geste (electro one machine band)
  • 00h : CinC - Carnival in Coal (métal)
  • 01h : DJ Brandon Walsh (mix soul funk)

VENDREDI 11 JUILLET

• Frays Gall (rocky, poppy, punky varièt’)

En 2011, deux amis se croisent dans une salle de répète. « frayssgââl » émerge alors des profondeurs de l’Aveyron. Basse, guitare, batterie synthé et chant pour un allé simple dans un univers rocky, poppy, punky varièt’.

• Bärlin (low rock/jazz)

Une musique à l’image d’une ville. Fragments de sons, battements de cœur. Ruelles sombres, et clubs enfumés. Des histoires d’amour qui croisent des rêves brisés. Un intrigant mélange de sonorités rock et jazz, d’ambiances feutrées et de grondements de foule. BÄRLIN est un groupe de low-rock alternatif aux sonorités jazz, un trio composé d’une clarinette, d’une basse et d’une batterie. De ruelles sombres en clubs enfumés, leur musique est telle une déambulation nocturne dans une ville fantomatique. Quelques notes de clarinette qui déchirent la nuit, un chant possédé et des nappes de basse enveloppantes font surgir un univers fantasmé, hors du temps, entre grandeur et décadence. On plonge alors dans les cabarets glauques du Berlin des années 30, dans la ville rêvée de Wim Wenders entre Nick Cave et Tuxedomoon, ou dans les limbes d’un Detroit en ruine, encore hanté d’un blues aux accents sombres, rappelant Morphine et Sixteen Horsepower.

« Voir le site officiel »

• Eléanor Shine (electro pop)

Les apparences sont trompeuses. Sous celles de la violoniste, Eleanor Shine a caché en loup capable de ne faire qu’une bouchée des violons sages ! A l’aide de ce qu’elle appelle ses « jouets », elle peut métamorphoser, démultiplier, créer l’ombre du violon le plus lumineux. Et de cette caisse de résonnance en bois, comme de la boîte de Pandore, la magie et les mots d’Eleanor Shine font naître toute une fantasmagorie. Eleanor Shine la soliste n’est jamais bien longtemps seule sur scène. Si ce projet, aussi récent soit-il, semble déjà si assumé, c’est que Jeanne qui œuvre derrière, est une violoniste habituée des dépassements de frontières : au service de la chanson rock (Daïoul), d’une électro dense et nerveuse (Red Fish Dub Syndrom), d’une approche traditionnelle (Amaavas) ou d’un travail multimédia et interactif Super Castlevania Quartet). Pas étonnant avec toutes ces expériences collectives, que le projet solo Eleanor Shine soit le lieu d’une intimité d’une intimité, d’une sincérité troublante autant que touchante.

« Voir le site officiel »

• Château Brutal (Rock’n’roll épileptique)

Château Brutal est un duo de grands malades qui jouent trop fort et préfèrent jeter leurs guitares et batterie à travers la scène plutôt que de charmer le public avec des jolies mélodies. Autant dire que la finesse n’est pas vraiment leur spécialité. Leur musique est rock-blues-garage-stoner, envoyée droit dans la gueule et là où ça picote. Quand ils s’ennuient à deux sur scène, ils invitent souvent des guests, de Toybloid à Sonny Mat D ou des crétins au hasard dans le public.

« Visiter leur facebook »

• Selecta Papa Pierre (sélection Alt rap)

Selecta papa Pierre aime les dauphins et le hip hop. Un jour il nagera avec des cétacés pendant que l’énorme sound system du maryland diffusera la BO de Ghost Dog. En attendant ce jour spécial, il vous amène une sélection à l’eau de mer qui va du psych rock au rap alternatif.

SAMEDI 12 JUILLET

• les bibit flyers (Rock’n’roll psychédélique)

Saintho et Noré sont deux punks à moustaches. Equipés de leur caddie ils errent à la recherche de leur chien 8.6, mystérieusement disparu depuis peu et tuent le temps ainsi que les mélomanes en jouant de la musique au fil des rencontres. Si vous avez aperçu ou encore mieux trouvé un chien qui répond au doux nom de 8.6, merci de vous rendre au lieu indiqué.

« Voir sur Youtube »

• Mambo (math rock)

Bien que son nom soit évocateur, Mambo n’est pas une revue érotique mais bien un des nouveaux projets du collectif Honest House. Il s’agit d’un quatuor instrumental dont les membres ont fait leurs gammes au sein de Volt Voice, Casse Brique et Frank Shinobi. Le sémillant docteur Mambo opère dans un registre math-rock plutôt groovy, qui lorgne du côté de Redneck Manifesto et d’Honey for Petzi en éludant la redite. Le LP Bertier, sorti en décembre 2013, propose 10 titres directs et variés !

« Voir le site officiel »

• Haunted Days / Witch’s teat (ambiant / abstract hip hop)

Le duo Haunted Days/Witch’s Teat propose un set alternant passages ambiant et abstract hiphop. Les sons de pianos et de synthés fantomatiques répondent aux accords de guitares, les rythmes lents sont baignés dans des sons de vieilles radios et de craquements.

« Voir la page soundcloud »

• Vadim Vernay (abstract hip hop)

Hier façonneur de samples, aujourd’hui song-writer, Vadim Vernay est de ces artistes qu’il sera, n’en déplaise aux journalistes pressés, toujours indispensable de présenter. De ses armes fourbies en soo, qui lui auront valu les louanges des Inrocks est une découverte Printemps de Bourges, le musicien amiénois a gardé l’art de la hauteur, la vision d’ensemble du batteur. Et c’est avec une latitude surprenante que sa voix résonnes désormais, filigrane, de It will be dark when we get there, son troisième disque à la folle contenue et radieuse, impeccablement condensée en trio sur scène. La référence à William Faulkner, extraite du livre The sound and the fury, est tacite mais notoire : « If we go slow, it will be dark when we get there ». Du bruit et de la fureur donc mais aussi de l’aplomb et de la pudeur, de l’éloge des accidents heureux et de la lenteur. Peu importe qu’il fasse nuit au bout de It will be dark when we get there, tant la nouvelle fable électro sparklehorsienne de Vadim Vernay nous réconcilie avec notre temps et notre rythme.

« Voir le site officiel »

• Geste - solo (Electro one man machine band)

Programmé en trio électrique lors de l’édition 2013 de l’Essertival, c’est avec impatience que Geste revient cet été sous sa formule électronique historique. Projet solo débuté en 2008 chez Equinox Records (Berlin) et poursuivi en trio chez Fin de Siècle (Paris) jusqu’en 2014, Geste mélange les genres à haute température :
 « Unanimement considéré comme un arracheur de tympans. Taillé pour les prestations live propres à secouer les sens et faire crouler les murs. » DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE, mars 2014.

« Voir le site officiel »

• Carnival in Coal (métal)

Tout le monde se souvient de ce groupe français bien barré que fut Carnival in Coal, mené par Arno Strobl et Axel Wursthorn. Malgré un split que tout le monde aujourd’hui pleure encore survenu en 2007, le groupe n’est pas tout à fait mort. Derrière Arno Strobl (chant), quelques-uns des meilleurs musiciens de la scène métal française actuelle : Samuel Santiago (batterie, ex-GOROD, LOUDBLAST...), Mathieu Merklen (basse, MERCYLESS), Emmanuel Rousseau (claviers, 6:33, ORAKLE), Fack Desgardins (guitare, INFECTED SOCIETY, ex-DROWNING, ex-YYRKOON...) et le prodige de la scène math rock Romain Caron (guitare/chant, JOHN MAKAY).

« Visiter le facebook »

• DJ Brandon Walsh (mix soul funk)

DJ Brandon Walsh est le copain DJ qu’on rêve tous d’avoir. Toujours là dans les meilleurs moments comme dans les pires (quand Steve Sanders a touché le fond avec son addiction aux cigarettes il était là), il viendra vous mettre un peu de soul et de funk dans vos coeurs.

 :: EXPOSITIONS ::

• « Pudeur Classique » de Lizz Maple

Lizz Maple (Camille Maienfish) est un artiste plasticien qui travaille énormément la question des techniques et la représentation. Cherchant de nouvelles formes de perception, c’est un monde esthétisé que nous renvoie l’artiste. Aujourd’hui, c’est un retour aux sources qu’il nous propose avec son exposition, Pudeur Classique, reprise personnelle de nu de chef d’œuvre de l’art classique.

• « Sculpture Végétale » de Virginie Morel

Virginie Morel est invitée à créer in situ une sculpture monumentale en paille et grillage / végétale. Le parcours artistique de cette artiste se situe entre le monde du spectacle vivant et les arts plastiques. Celle-ci a été amenée à expérimenter l’univers de la marionnette, du spectacle expérimental, de la sculpture monumentale, de l’image et du graphisme. Animaux et végétaux dans un monde imaginaire, font toujours référence au vivant et à la vie, sa fragilité et sa force, sa vulnérabilité et sa vitalité. Le mouvement est une composante importante de son travail. « Il crée et amène énergie et dynamisme. Il montre l’air et le vent et donne à sentir l’invisible. » La démarche artistique de Virginie Morel est originale. « Je suis en quête d’une certaine esthétique, poétique et universelle. L’art est comme une porte ouverte vers la connaissance de soi et, par extension, vers l’essence même de la vie, permettant de relier l’Homme au divin, l’éternité. Sa langue est universelle ».

• « Du Bleu et des Plumes » de Gaëlle Martin

"Les tableaux de Gaëlle sont comme les vrais bons livres dits "jeunesse" : ils offrent une double lecture. Une première enfantine, naïve, colorée et gaie, et puis, quand on y regarde de plus près, on réalise que ces petits piafs racontent une histoire. Une histoire moins simple qu’il n’y parait, avec des émotions plus complexes, plus profondes, plus sombres parfois. Entrer dans le monde de Gaëlle, c’est accepter que le monde de l’enfance, innocent et prompt à la joie, soit aussi teinté de blessures et de larmes... Pourtant, ce que l’on retient de ses tableaux, c’est aussi l’importance de garder en soi le merveilleux de l’enfance et la conviction que les couleurs de l’avenir devront être éclatantes." Dixit Soizic Epinay, libraire.

• « Transparence nature et environnement sonore » du collectif En Pire

Ce projet mêle différentes disciplines artistiques autour d’une installation numérique et interactive. Cette résidence impliquera les arts plastiques (photos, dessins, vidéo), la musique (live et/ou enregistrée) et aussi la nature, le paysagisme. En premier lieu, le travail consistera en une expérimentation sur le terrain (captation vidéo sur le site des Esserres ou ses environs, en espace naturel). Les artistes qui y participeront sont Vincent Bonnefille, Nicolas Gimbert et Valéry Poulet. Ce projet s’inscrivant dans une continuité, le sens se construira en même temps que l’action. Il ne s’évaluera pas en fonction d’un produit fini, mais par ce qu’il transformera à travers des étapes de problématisation, d’expérimentation et de production.

• « Installations filaires in Situ -suite » par Le Pingouin ElastiqUe & Dessin de Jean Detremont

En 2014, cet artiste a transformé notre filet de badminton par une toile d’araignée gigantesque. Le kisoque a aussi été envahi par une bête étrange exposant ses œufs au regard des visiteurs. Quelques « toiles » sont apparues aussi dans des endroits inattendus afin de piéger quelques individus et de se nourrir de leurs conversations tout en les gardant secrètes.

• « Incorporations d’univers artistiques » résidence ouverte

 :: et d’autres petits plus ::

• ateliers sérigraphie avec les Editionsdumonstre • démonstrations de skate avec AmienskateObscuravane d’Irwin Leulier (sous réserve) • des jeux traditionnels picards et des sports • du farniente !

Retour sur Essertival 2014 :

 :: TARIFS ::

10€ la soirée 15€ le pass week end Tarifs spécial pour les adhérents de L’Entrée Libre 8€ / 12€

Ouverture de la billetterie à 19h le vendredi et 18h le samedi

Pour avoir les infos en continu rendez vous sur facebook

Camping et parking gratuit,

Bar, restauration et douches sur place.

Chiens et boissons personnelles non autorisées !!!

Contact | Plan du site | Mentions Légales |  RSS 2.0